ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Les pratiques de solidarité informelles

Enquête longitudinale sur les modalités, ressources et contraintes de l’entraide au sein du territoire de Nantes Métropole


Financement :
  • Nantes Métropole, Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise (AURAN)

Partenaires :
  • FRE 3706 CENS (Centre nantais de sociologie) CNRS : Estelle d'Halluin, Philippe Alonzo (Université de Nantes)
  • UMR 6590 ESO CNRS : Isabelle Garat, Sophie Vernicos (Université de Nantes), Christine Lamberts (CNRS)
  • EA 4272 LEMNA - Laboratoire d'économie et de management de Nantes Atlantique : Caroline Urbain (Université de Nantes)

Sur la période 2014-2019

Objectif

Dans le cadre de l’Observatoire des Solidarités, la mission « Politique de la Ville » de Nantes Métropole et l’Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise (AURAN) souhaitaient mettre en place un travail d’enquête, afin de repérer les initiatives citoyennes qui permettent de renforcer les solidarités. Ce travail à caractère opérationnel vise à développer et renforcer les politiques publiques. Plusieurs thématiques sont investies : les mécanismes de discriminations et de non accès aux droits (habitat, emploi, formation, culture, etc.) fragilisant la solidarité ; les économies et pratiques d’échanges non monétaires ou non marchands qui se « bricolent » et renforcent les solidarités, (mutualisations, échanges et création de services …), de façon complémentaire aux systèmes de solidarité plus structurés (comme les associations caritatives). ; l’inscription des habitants dans des réseaux de voisinages, associatifs, sociaux et dans leur territoire de vie ; les sentiments d’insécurité sociale (relatifs aux sentiments de vulnérabilité, de déclassement social, de dégradation de la tranquillité, d’isolement,) que peuvent ressentir les habitants de l’agglomération nantaise, au quotidien, dans leurs territoires de vie ; l’impact du cadre de vie quotidien, sa qualité et sa diversité (espaces verts, expositions aux nuisances, propreté), ses usages et son appropriation par les habitants comme support de convivialité et de solidarités.

 

Une recherche-action

Les pratiques de solidarité et leurs évolutions au sein de l’agglomération nantaise sont appréhendées par une série d’enquêtes pluridisciplinaires en sciences sociales réalisées entre septembre 2014 et septembre 2019 par une équipe pluridisciplinaire composée de géographes, sociologues et gestionnaires. Les enquêtes s’intéressent aux systèmes d’échanges, aux formes d’entraide, qui ont cours entre individus et ménages implantés sur le territoire, et ce autour de trois dimensions : les transferts économiques et financiers, les services, le soutien affectif. Parmi les solidarités étudiées, l’étude se centre sur les solidarités informelles, et non les solidarités institutionnalisées (dans le cadre du système national assurantiel ou assistantiel, ou d’initiatives privées organisées elles aussi sous formes institutionnelles, telles celles qui se développent dans le secteur associatif). Autrement dit, l’étude a pour objet la vie quotidienne, les pratiques de « bricolage » que les individus opèrent au quotidien, leurs « arts de faire », leurs « tactiques ».

 

Un protocole articulant recueil de données quantitatives et qualitatives

Le protocole repose sur un échantillon d’enquêtés articulant les territoires/groupes sociaux de l’agglomération (centres-bourgs ; quartiers d’habitat social denses ; quartiers d’habitat pavillonnaire denses ; quartiers du centre-ville de Nantes ; communes de plus faible densité). Pour appréhender les différentes dimensions des pratiques de solidarités informelles, le travail d’enquête articule plusieurs volets : des entretiens exploratoires, en vue de la construction des indicateurs plus précis du questionnaire annuel ; une enquête longitudinale par questionnaire (échantillon non aléatoire de 200 individus de différents territoires de l’agglomération nantaise) ; le traitement de l’enquête ; des entretiens thématiques complémentaires ; le recueil de journaux de bord.

 

Cette étude a pour vocation de dégager un ensemble de pistes innovantes, émergentes, insoupçonnées, de pratiques solidaires, à l’initiative des habitants de la métropole. Ce travail d’enquête devra également permettre d’identifier des leviers d’actions pour lutter contre les discriminations, favoriser les pratiques solidaires, qualifier et lutter contre les sentiments d’insécurité sociale et s’interroger sur l’usage de l’environnement urbain que connaissent les habitants de l’agglomération nantaise.