ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Une manière d’habiter les villes contemporaines

Les ensembles résidentiels fermés et/ou sécurisés à Nantes (France) et à Recife (Brésil)


Thèse de Fanny VUAILLAT (ESO Nantes) soutenue en 2010 à Université de Nantes 03/12/2010
Direction :
Financement :
  • Bourse Atlanthèse, Conseil Général Loire-Atlantique


Résumé : On observe la diffusion de masse de la fermeture et de la sécurisation des espaces résidentiels et ce, dans de nombreuses villes du monde. Ce phénomène prend des formes très diverses par le biais d’équipements physiques ou symboliques qui restreignent l’accès à un espace. Les logiques qui se profilent derrière les stratégies de privatisation, de fermeture et de sécurisation sont, sans aucun doute, multiples, mais elles ont toutes pour conséquences la restriction de la circulation, de la possibilité de se mouvoir, le contrôle et le tri de la « bonne et de la mauvaise circulation ». Dans ce contexte, l’accès aux ressources de la ville devient sélectif et exclusif.

JPG - 29.9 ko

Le développement de ces différents types d’espaces résidentiels sous-tend deux processus de mise à distance, l’un à caractère physique et morphologique, l’autre à caractère social. Dans un premier temps, la fermeture physique d’un ensemble de logements entraine une rupture de l’espace urbain, fractionnant les formes de la ville en une multitude d’îlots isolés de leur environnement immédiat. La morphologie urbaine s’atomise et certaines formes urbaines peuvent devenir autant de barrières quasi infranchissables. D’autre part, l’auto-enfermement, la mise en sécurité des biens et des personnes à travers divers équipements ou la présence d’aménités de loisirs à usage exclusif, engendrent une mise à distance, sociale cette fois.

Les habitants de ces espaces résidentiels fermés et/ou surveillés ont fait un choix, ont des désirs, des attentes et des peurs, peut être aussi des déceptions. Tout cela conditionne une « manière d’habiter » la ville contemporaine, qui engage un rapport à l’espace urbain spécifique. A partir de ce constat, pour approcher au plus près de la réalité sociale des « morceaux de ville » que nous étudierons, ce sont les mots et les discours des habitants que nous recueillerons. Nous chercherons la signification des lieux dans les mots qui décrieront la banalité, le quotidien de leur pratique de l’espace. L’imaginaire habitant dévoilera une réalité sociale, encore peu écouté.

 

Mots clés : ensembles résidentiels fermés et sécurisés, condomínio, manière d'habiter, figures de l'habiter, paroles habitantes, Nantes, Recife



Téléchargement