ACCÈS AU SITE DE L'UMR

Les parcs et jardins des châteaux dans l’Ouest de la France

Paysage évanescent, patrimoine naissant


Thèse de Olivier RIALLAND (ESO Nantes) soutenue en 2002 à Université de Nantes
Direction :
  • Jean RENARD, Université de Nantes



Résumé : Marginalisés, sinon oubliés, depuis l' Entre-deux-guerres, les parcs et jardins sont aujourd'hui à nouveau à la mode. Dans l'Ouest de la France, les mutations qu'ont connu ceux qui agrémentent les nombreux châteaux illustrent bien ce remarquable retournement de tendance. Organisé dans l'histoire selon des modèles successifs, ce paysage domestique singulier a fait l'objet, au XIXe siècle, d'une mise en scène ambitieuse. Fondée sur une esthétique pittoresque, elle est en effet conçue à l'échelle du territoire. Alors expression parmi d'autres d'un projet paysagiste élitaire de prospérité, les parcs et jardins paysagers dominent largement le corpus qui nous est parvenu. Avec la remise en cause de la place des châteaux, le remodelage paysagiste des campagnes a perdu ses traits saillants au XXe siècle. Ce n'est plus qu'un paysage évanescent, qui aurait pu totalement disparaître s'il n'avait été, tardivement toutefois, reconnu comme patrimoine. Depuis deux décennies, les parcs et jardins des châteaux font l'objet de nouvelles attentions, de la part des propriétaires, des collectivités territoriales et de l'État. Ils suscitent, de plus, la curiosité d'un large public. Souvent mieux entretenus, parfois protégés et restaurés, les parcs et jardins sont désormais nombreux à être ouverts à la visite. Au milieu des années quatre-vingt-dix, de véritables politiques de développement touristique ont même été mises en place et les convertissent en produits récréatifs. Cette contribution géographique à l'étude de la renaissance des parcs et jardins invite à une réflexion sur l'évolution des rapports entre l'homme et son environnement.