ACCÈS AU SITE DE L'UMR

La déségrégation sociorésidentielle

Approche critique, méthodologique et étude appliquée à la Loire-Atlantique


Thèse de Aliette ROUX (ESO Nantes)
Direction :
Financement :
  • Région Pays de la Loire


Résumé : Le projet de thèse envisagé offre un regard renouvelé sur une problématique importante et peu explorée dans le champ de la géographie socio-urbaine française, à savoir celle de l’évolution territoriale de la ségrégation résidentielle sur une période multicensitaire (1982 – 2011), phénomène qui sera observé à partir du cas de la Loire-Atlantique. Ce projet emprunte à la méthode hypothético-déductive : l’hypothèse principale prend le contre-pied de l’idée communément admise de renforcement de la ségrégation en postulant au contraire qu’elle s’atténue sous l’effet combiné de la diffusion de l’espace résidentiel des cadres, de plus en plus nombreux dans la structure sociale, et de la forte croissance démographique de l’Ouest français, source d’importants transferts de revenus et d’apports migratoires variés. L’objet de cette thèse est donc d’approfondir l’analyse de l’évolution des structures socio-spatiales, en la questionnant d’un point de vue théorique et méthodologique, puis en l’analysant très finement à l’échelle d’un territoire fortement urbanisé et périurbanisé, à savoir la Loire-Atlantique. L’approche emprunte à la fois une dimension spatiale et sociale. Les particularités de cet espace d’étude (prix immobiliers peu excessifs ; immigration étrangère peu significative ; industrialisation tardive ; proximité d’un littoral très attractif) devront être pris en compte, en particulier dans l’ambition de valider ou d’infirmer les schémas socio-spatiaux dominants (ville à trois vitesses, France périphérique). Enfin, ce projet de thèse permet de décloisonner l’analyse scientifique des structures socio-spatiales du seul champ de l’urbain dense.